La gentillesse : comment enseigner aux enfants ?

La gentillesse : comment enseigner aux enfants ?

Un aspect de la gentillesse qui devrait nous faire réfléchir est que chacun de nous l’attend des autres mais nous ne sommes pas toujours les premiers à faire des gestes gentils.
Sans entrer dans le fond de l’évolution de la bienveillance, celle-ci a été interprétée au fil des siècles à la fois comme un geste naturellement altruiste et empathique et comme une expression égoïste de l’homme qui agit avec bienveillance pour se satisfaire.

Peu importe comment la gentillesse surgit. Ce qui compte, c’est de le mettre en pratique.
Faire des actions bienveillantes, ou simplement faire des pensées bienveillantes produit du bien-être car cela améliore l’humeur, nourrit l’empathie, renforce les relations humaines et même la santé physique et mentale.

Combien de fois disons-nous Merci, s’il vous plaît, puis-je ?

En quelques années dans nos foyers, selon une étude de l’association Gentil Étude qui promeut un mode de vie basé sur les bonnes manières, les mots Merci, S’il vous plaît, Puis-je avoir été retiré dans près de la moitié des familles françaises ? Ou Permis, Désolé. Des mots que l’on n’a plus l’habitude de prononcer, ni chez soi, ni hors du foyer (quand on peut y retourner).

La gentillesse est aussi, en un certain sens, risquée, car elle repose sur la sensibilité envers les autres et la capacité à s’identifier à leurs plaisirs et à leurs souffrances. Mais bien que le plaisir de la gentillesse soit risqué, c’est l’une des choses les plus épanouissantes que nous ayons.
Aujourd’hui, le terme « bienveillance » englobe une gamme de sentiments décrits en différents termes : solidarité, générosité, altruisme, gentillesse, humanité, compassion, miséricorde, empathie.

Comment enseigner la gentillesse aux enfants par le bon exemple et le jeu ?

Ce quotidien nouveau et inattendu a confronté chacun à la possibilité d’accomplir des gestes de bienveillance, comme aider les voisins les plus nécessiteux dans leurs courses ou laisser les « courses suspendues » pour les plus démunis.

À la maison, vous pouvez contribuer au nettoyage ou à la préparation de plats qu’avant nous n’avions pas le temps de cuisiner tous ensemble, petits et grands.
Retrouver le plaisir de la conversation en utilisant un langage bienveillant, sans insultes ni offenses, notamment sur les réseaux sociaux, en recherchant peut-être les bons synonymes, avec les parents et les enfants.

  • L’importance de s’excuser : nous, adultes, avons d’abord le devoir d’utiliser ce mot, sans honte, afin de l’enseigner à nos enfants.
  • Éloge du pardon : pardonner aux autres mais surtout à soi-même est bon pour la santé et aide à découvrir le meilleur de nous-mêmes.
  • C’est pourquoi ne pas s’entendre est un gâchis : ceux qui avaient des pensées bienveillantes et aimantes envers les autres se sentaient également plus heureux, satisfaits, empathiques et moins anxieux.<7li>
    Prendre soin des autres, comme le soutenait Jean-Jacques Rousseau, nous rend pleinement humains. Nous dépendons les uns des autres non seulement pour notre survie, mais aussi pour notre existence. Quelqu’un dans le passé a dit : « La gentillesse devrait devenir le mode de vie naturel, pas l’exception » (Bouddha).

    Découvrez ce qu’est la gentillesse ?

    Qu’est-ce que cela signifie pour vous d’être gentil ? En fait, apprendre plus de la vie, être gentil peut signifier beaucoup de choses. Essayez d’encourager l’enfant à faire une liste des nombreuses façons dont vous pouvez être gentil. Les enfants font souvent ressortir de nombreuses façons d’être gentils; le but est justement de montrer toutes les façons (petites et grandes) par lesquelles on fait preuve de bienveillance au cours de la journée.

    Découvrez comment fonctionne la gentillesse ?

    Vous est-il déjà arrivé que quelqu’un soit gentil avec vous ? Que s’est-il passé ? Et avez-vous déjà été gentil ? Faites surtout réfléchir les enfants à ce qu’ils ont ressenti. Il est très utile de réfléchir ensemble à la chaîne de la gentillesse : quand on est gentil avec quelqu’un, cela génère non seulement du bien-être chez la personne, mais aussi on se sent bien à son tour. Plus nous sommes gentils, plus nous et les autres allons bien.

    Il est possible de penser à des activités en cours dans le temps pour que la gentillesse « ne se démode pas ». Une idée pourrait être de créer un tableau noir à garder exposé dans lequel les gestes de gentillesse qui sont faits au fil du temps dans différents contextes sont indiqués.

    Pensez à des activités pour encourager les enfants à être gentils en leur donnant un temps et un petit prix. Par exemple, faites une liste d’actions aimables et si l’enfant parvient à les faire dans un certain laps de temps (jours/semaines) il recevra une récompense positive et stimulante (sortir et aller dans un endroit spécial, etc.)

    Les enfants, même les plus petits, observent attentivement le comportement des adultes. Ils observent comment les adultes interagissent avec les autres, ce qu’ils disent, comment ils communiquent, comment ils font face et résolvent les conflits et quelle attitude ils adoptent. L’adulte doit donc être le premier modèle de bienveillance et de respect au quotidien

Commentaires

  1. […] à leurs enfants, surtout lorsqu’ils ont moins d’engagements. L’exemple des parents est cependant fondamental : écouter les enfants, être activement avec eux sert à assurer la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.